vendredi 30 mars 2012

SI CE MONDE VOUS DEPLAIT

d'après Philip K. Dick

Avec Thierry Raynaud / Mise en scène Mirabelle Rousseau / Dramaturgie Muriel Malguy / Scénographie Jean Baptiste Bellon / Son Jacob Stambach / Régie son Frédéric Reinhardt / Lumières Manon Lauriol / Régie générale et machinerie Esther Silber / Costumes Axelle Von Dorpp


Aucun de ceux d’entre nous qui sont sains d’esprit ne croit réellement, ne serait-ce qu’un instant, que de tel univers parallèles existent. Mais supposons, juste pour le plaisir, qu’ils existent en effet. Dans ce cas, comment sont-ils reliés les uns aux autres, s’ils sont effectivement reliés d’une manière quelconque ? (…) Par exemple (et la question me paraît cruciale), sont-ils complètement séparés les uns des autres, ou bien se chevauchent-ils ? Parce que si ils se chevauchent, il devient possible de répondre à des questions telles que : « ou se trouvent ils ? » et « comment passer de l’un à l’autre ? ». Tout ce que j’avance c’est que si de tels mondes existent effectivement, et se chevauchent effectivement, alors, littéralement et concrètement, il est possible qu’à n’importe quel moment donné nous habitions dans plusieurs d’entre eux à la fois, à des degrés divers. Philip K. Dick, Si ce monde vous déplaît.

Dans cette conférence de 1977, Philip K. Dick témoigne d'une expérience vécue et fondatrice, à posteriori, de son oeuvre littéraire : sa prise de conscience de l'existence de mondes parallèles. Le texte développe plusieurs thèses tour à tour fantaisistes, mystiques et paranoïaques. La démonstration met en cause la certitude d'un temps présent unique et réellement vécu. Sur le plan scénographique, il s’agit de déplacer le dispositif conférencier dans un espace inapproprié afin de donner la sensation au spectateur de se trouver dans un ailleurs spatio-temporel, une « couche de temps non actualisée » dirait K. Dick.



Devant un étrange public mal assorti de fans de SF, d’enseignants, de représentants officiels, et de journalistes, le barbu californien lit tranquillement un texte hallucinant qui plonge les néophytes dans une perplexité inquiète et qui sidère les connaisseurs. Cette conférence, intitulée Si vous pensez que ce monde est mauvais, vous devriez en voir quelques autres, que l’on peut lire dans le recueil Total Recall chez Gallimard , récemment réédité, est à elle seule un moment charnière de l’histoire de la SF et de celle de l’œuvre de Dick. A la fois conférence, petite nouvelle et expérience littéraire inédite, ce discours provoque chez le lecteur ou l’auditeur un malaise existentiel en brouillant la frontière entre réalité et fiction. Jean-Baptiste DEFAUT, Metz, le Festival disparu

Production : Le T.O.C., Collectif 12 de Mantes la jolie, avec le soutien artistique du Jeune Théâtre National et de l’EPAMSA. Représentations : Festival Jeunes zé jolie (octobre 2009), bâtiment B de l'Université Paris Ouest Nanterre (octobre 2010), La Manufacture, Avignon OFF (juillet 2012), Théâtre de Vanves (mars 2013).

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire